Le prestigieux Riverbend Cycling Club (RCC) regroupe des gentleman d'Alma qui prennent plaisir à rouler ensemble, le vent de dos, en descendant les côtes. Ce blog a pour but de planifier et de commenter les sorties à vélo. Au-delà de l'anecdote, ces récits sont des leçons de courage et de vertu, mettant en scène des athlètes bedonnants et grisonnants qui embarrassent les routes sans aucune gêne...

lundi 18 août 2008

Éloge de la pluie

par Ti-Red

Le Sphinx a raison : je suis trop vieux pour faire des courses.
Depuis ma chute, il y a une semaine, à la cyclo-sportive de Chambord, c'est la misère noire.
J'ai des douleurs aux côtes qui perturbent mon sommeil et qui me font ressentir la moindre craquelure dans l'asphalte. J'ai des plaies aux coudes et aux genoux qui tardent à cicatriser. J'ai même des coupures aux bouts des doigts qui me font mal quand je tape sur mon clavier d'ordinateur.
En plus, j'ai fait de la fièvre à cause d'un abcès dans une molaire, et même s'il n'y a pas de lien apparent avec la cyclo-sportive, je ne peux pas m'empêcher de détester tout le monde que j'ai rencontré cette journée là, en particulier le curé et le maire de Chambord.
Malgré tout, durant la semaine, j'ai fait quelques sortis à vélo avec M. Clean pour me changer les idées et pour profiter de mes derniers jours de vacances. Entre autre parcours, on s'est tapé la route très vallonnée reliant Saint-Honoré au centre de ski Le Valinouet. C'est un des parcours préférés des cyclistes du Saguenay (depuis que cette route est asphaltée) et je me promettais depuis trois ans de la découvrir.
Mon complice, M. Clean, n'a pas été déçu. Il a tellement apprécié sa randonnée qu'il a décidé d'y retourner trois jours plus tard avec d'autres membres du prestigieux RCC .
Moi j'ai détesté le parcours du début à la fin. À cause des douleurs aux côtes et du mal de dents. Comme dans la chanson de Plamondon, j'avais juste envie de m'étendre sur l'asphalte et me laisser mourir.
-- Regarde comme c'est beau ! s'est extasié M. Clean alors qu'on longeait une rivière en plein cœur de la forêt boréale.
-- Je vois pas ce qui est beau. C'est juste des montagnes pis des épinettes comme partout ailleurs au Québec.
-- Oui mais la rivière...
-- C'est plus un ruisseau qu'une rivière. Si tu veux mon avis, j'aime mieux la Petite Décharge. Au moins c'est proche de la maison...
Tout est une question de perception et d'état d'esprit. Alors que M. Clean roulait dans la forêt enchantée, moi j'avais l'impression de traverser la friche de Saint-Méthode. Quand il pointait un doigt à l'horizon pour me montrer la route qui serpente dans la vallée, mon regard s'accrochait aux câbles et aux poteaux électriques qui défigurent le paysage. Quand il me montrait le sommet des montagnes, je ne voyais que les nuages sombres et les menaces d'orage..
-- S'il faut qu'il mouille en plus, sacrement, je fonce dans le premier camion qu'on croise !
-- Ben non. Il mouillera pas.
Évidemment, il a mouillé, et plutôt deux fois qu'une. Une pluie torrentielle qui pince la peau et qui remplit le cuissard en cinq secondes. Et impossible de se cacher. On ne voyait rien à l'horizon, aucune maison, aucun abris -- juste des osties d'épinettes à marde !!!
Mais pour être honnête, je dois avouer que c'est le seul moment de la randonnée que j'ai apprécié. Moi qui a toujours détesté rouler sous la pluie, je me suis même surpris à rêver que le mauvais temps s'éternise.
D'abord, l'orage nous a obligé à faire demi-tour avant l'arrivée, ce que j'ai grandement apprécié. Ensuite, M. Clean a cessé de me parler de la nature et des petits oiseaux. Mais surtout, la pluie a agi comme un baume pour calmer les douleurs et la fièvre.
En fait, ce brusque et brutal changement de température convenait parfaitement à mon état d'esprit. Dans une communion totale avec la nature, je fonçais tête baissée dans la pluie froide et noire avec un plaisir et une aisance presque surnaturels. J'étais comme un poisson dans l'eau. Une torpille rousse. Un pédalo humain. Le Michael Phelps du vélo.
D'ailleurs, je crois que j'ai trouvé ma spécialité.
Je ne roule plus que sous la pluie.
S'il-vous-plaît, ne m'appelez plus quand il fait beau.

COMMENTAIRE DE LUCKY LUKE

Mon cher ti-Red,
Tu as bien fait d'aller rouler au Valinouët en début de semaine dernière, car vendredi il y a fait un soleil magnifique, la compagnie était fort agréable ( Lady faisait partie du groupe), le trafic quasi-inexistant, bref: tu n'aurais pas du tout aimé ! En prime, M.Clean roulait sans dire un mot...il relevait encore des abus de la veille ! Son alcoolisme naissant m'inquiète un peu, mais ta nouvelle façon jovialiste de déformer la vie pour t'y adapter à tort et à travers me turlupine bien d'avantage: après être tombé en admiration avec le vent il y a quelques années, au point d'en avoir fait la devise de notre club, te voilà en pamoison devant la pluie...ce phénomène est connu sous le nom de résilience...et ça peut finir par faire mal...serait-tu devenu le Boris Cérulnick du RCC ? Je t'ai connu bohème, agnostique, hurluberlu, daltonien,et , parfois même un peu épais,mais: Philosophe !!! tu me troubles un peu mon rouquin. Ne change pas trop, je t'aimais bien comme avant .
Je t'embrasse chastement,
ton vieux pote

N.B: Tout se soigne...s'agit d'y mettre la volonté.

1 commentaire:

wiqaeyas a dit…

The aims of acne treatment are to prevent new spots forming, to improve on acne treatment already present, and to prevent scarrings.

cheap nolvadex